Aller au contenu - Aller au menu - Accessibilité

Centre départemental du patrimoine - Abbaye d'Arthous Conseil Général des Landes
ok

L'Abbaye d'hier

Création

Fondée en 1167, sur une étendue vacante à proximité du Pays basque, l’Abbaye Sainte-Marie-d’Arthous appartient à l’ordre des Prémontrés. Elle a pour première vocation d’évangéliser les populations locales et du Pays basque qui étaient alors peu christianisées. Située sur l’un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, la Via Turonensis, elle offre aux jacquets un hébergement sur la route vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Enfin, elle contribue à contrôler un territoire âprement disputé par les seigneurs de Navarre, de Béarn et de Gascogne.
Fille de l’abbaye de la Case-Dieu, située dans le Gers, Arthous est avec Divielle l’une des rares abbayes prémontrés établie dans le Sud-Ouest de la France.

L'abbaye jusqu'au XVIe siècle

Sans être aussi riche que l’abbaye de Sorde qui se situe à environ huit kilomètres au nord-est, Arthous dispose de nombreux avantages accordés par les nobles de la région ; elle bénéficie de droits (passage de troupeaux sans besoin de payer de taxes…) et de privilèges (non-paiement des taxes…) et joue un rôle non négligeable sur la vie locale.
Prospère jusqu’au XVIe siècle grâce aux revenus de ses activités agricoles et de ses terres, l’abbaye joue un rôle prépondérant dans la vie religieuse et civile du Pays d’Orthe et ses alentours.. C’est sur ses terres qu’est fondée, par un acte de paréage daté du 21 février 1289, la bastide d’Hastingues, entre l’abbé d’Arthous et le sénéchal de Hastings ; nous sommes à cette époque sur un territoire anglais. Le but de cette création est de sécuriser les environs pour protéger la population locale et les chanoines.
 

L’abbaye d’Arthous du XVIe siècle à la Révolution

L’histoire de l’abbaye d’Arthous est intimement liée à l’histoire de France et à la succession de guerres qu’elle a connue. La guerre de Cent ans (1337-1453) tout d’abord, qui oppose les Français et les Anglais, puis la guerre entre François 1er et Charles Quint (1523-1526) entre la France et l’Espagne, et les guerres de Religions entre catholiques et protestants (1562-1598) ravagent l’Abbaye d’Arthous qui est en partie détruite et reconstruite.

A la révolution

En grande partie dévastée par les guerres, l’abbaye perd peu à peu de son influence et décline. Alors que les besoins financiers et en matériel sont importants pour reconstruire les bâtiments, les ressources s’amenuisent. En 1791, alors qu’elle n’abrite plus que trois chanoines, l’abbaye est vendue comme bien national et transformé en exploitation agricole.

De 1963 à nos jours

Inscrits à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1955 puis classés le 23 septembre 1969, les bâtiments deviennent propriété du Conseil départemental des Landes en 1964, qui y installe un musée départemental d’archéologie dans les années 1970.

Au début des années 2000, l’ensemble des bâtiments conventuels est restauré. L’abbaye rouvre au public le 3 octobre 2003 sous la forme d’un Centre départemental du Patrimoine, préfigurant ses nouvelles missions de sensibilisation, de découverte et de recherche sur le patrimoine en général, et sur le patrimoine des Landes en particulier.

Envoyer à un ami
Retour haut de page